Audition : quels sont les différents types d’appareils auditifs ?

Audition : quels sont les différents types d’appareils auditifs ?

L’offre d’appareillage s’est récemment élargie et les modèles proposés sont de plus en plus performants. Aujourd’hui, chacun peut trouver une solution parfaitement adaptée à sa perte auditive et à sa morphologie. La quasi-totalité des appareils auditifs sont désormais numériques, gage d’automatisation et de confort. 

Deux grands types d’appareils auditifs sont à ce jour disponibles chez les audioprothésistes : le contour d’oreille, extérieur, et la prothèse intra-auriculaire, intérieure.

Si leur aspect extérieur change, ces deux modèles d’aides auditives ont de nombreux points communs, à savoir :

  • un fonctionnement similaire ;
  • un traitement du son identique ;
  • une même capacité d’analyse du son ;
  • 4 composants semblables : l’amplificateur, l’écouteur (ou haut-parleur), le micro et la source d’énergie (piles, le plus souvent).

Des dizaines de modèles existent dans chacune de ces deux catégories. Les différences portent principalement sur la taille, l’esthétique et le prix. 

Les prothèses intra-auriculaires

Baptisés simplement « intras » ou ITE , il s’agit de toutes petites coques qui se logent directement dans le conduit auditif qu’elles vont alors obturer. Les intras ne sont constitués que d’une seule pièce : la coque, moulée sur-mesure, à l’intérieur de laquelle tous les composants sont intégrés. 

Les prothèses intra-auriculaires, qui mesurent parfois moins d’1 centimètre, ont l’avantage d’être très discrètes. Logée dans l’oreille, ce type d’aide auditive devient même invisible pour les modèles les plus miniatures d’entre eux. Signalons qu’ils conviennent particulièrement aux porteurs de lunettes, car ils sont dépourvus de conduit passant derrière l’oreille. 

Mais ces prothèses auditives présentent également quelques inconvénients : 

  • leur très petite taille exige de la dextérité pour les manipuler ; 
  • leurs piles étant plus petites, elles doivent être changées plus souvent ; 
  • elles nécessitent un temps d’adaptation généralement plus long ; 
  • elles sont plus fragiles, miniaturisation oblige. 

Il existe plusieurs sortes de modèles d’appareils auditifs intra-auriculaires, des plus petits aux plus « gros » (tout est relatif !), c’est-à-dire des plus discrets aux moins discrets : 

  • Les intra-auriculaires profonds invisibles, placés dans le conduit, baptisés IIC (Invisible In Canal) ;
  • Les semi-profonds, baptisés CIC (Completely In Canal) ;
  • Les intra-conque, baptisés ITC (In The Canal) ou ITE (In The Ear), se positionnent dans la conque de l’oreille et non à l’intérieur du conduit auditif.

Les modèles intra-conque, plus volumineux et donc plus visibles, sont quant à eux placés à l’extérieur du conduit. Ils sont adaptés en cas de perte auditive plus sévère que les IIC et CIC.

Les contours d’oreille

Les contours d’oreille sont des appareils auditifs dont le boîtier se place derrière l’oreille. Celui-ci renferme l’équipement électronique qui permet de compenser la perte auditive. Un tube part de ce boîtier vers l’intérieur de l’oreille pour conduire les sons jusqu’à l’embout situé dans le conduit auditif.
Les contours d’oreille existent sous deux formes différentes : le BTE, qui est le plus commun, et le RIC. BTE signifie anglais de « Behind The Ear », c’est-à-dire « derrière l’oreille ». Ils disposent d’un boîtier de taille moyenne qui se place derrière le pavillon auriculaire et sont munis d’un tube en silicone, plus ou moins large selon les modèles. 

Cette solution auditive possède plusieurs atouts : 

  • prothèse la plus robuste du marché ;
  • offre la meilleure autonomie ;
  • permet la plus grande « plage d’adaptation » (capacité à répondre aux différents degrés de surdité).

RIC signifie « Receiver In the Canal », c’est-à-dire « récepteur dans le conduit ». Ce modèle se distingue du précédent par un boîtier plus petit (puisqu’il ne contient pas l’écouteur, placé directement dans le canal auditif), ainsi qu’un tube et un embout généralement plus discrets. La répartition des éléments électroniques permet d’optimiser la taille de l’appareil et sa puissance. Mais il se présente de la même manière, avec un boîtier qui se trouve à l’arrière de l’oreille et un tube le reliant à un embout placé dans le conduit auditif.

De nombreuses personnalisations sont à la fois possibles et nécessaires :  coques sur-mesure, embouts personnalisés, couleurs, taille des piles (il en existe 4 et leur choix dépend de la dextérité de celui qui les manipule et de la fréquence de leur remplacement), etc. Par ailleurs, au moins une cinquantaine de réglages par oreille sont possibles. C’est notamment pour toutes ces raisons que le choix d’un appareil, avec l’aide de son ORL et d’un audioprothésiste, prend du temps et nécessite un certain délai d’adaptation.  

Au-delà des principaux types d’appareils auditifs, les différences de qualité – et donc de prix – se mesurent essentiellement à deux choses :

  • leur capacité de réduction du bruit, soit leur faculté à filtrer et à analyser les sons : bruit de fond, vent… ;
  • leur niveau d’automatisme : ajustement automatique du volume selon l’environnement sonore, ajustement automatique pour le téléphone…

Les assistants d’écoute

Sur le marché des prothèses auditives, il existe aussi les assistants d’écoute. Ceux-ci sont vendus en pharmacie sans prescription médicale à des prix avoisinant les 300 euros (pas de prise en charge de l’Assurance maladie ou de la mutuelle). Ce dispositif amplifie les sons et filtre les bruits parasites, mais ne s’adapte pas à l’audition du patient puisqu’il est préréglé (à l’instar des lunettes loupes vendues en pharmacies et ailleurs). Puisque ce ne sont pas de vrais appareils auditifs, mais de simples assistants auditifs, comme leur nom l’indique, leur fonction et leurs bénéfices ne peuvent être comparables. Cependant, ils peuvent tout à fait constituer une première solution pour des débuts de gêne auditive. 

En résumé 

Plusieurs sortes d’appareils auditifs sont actuellement proposés par les audioprothésistes. Les contours d’oreille et les intra-auriculaires restent les plus vendus.
Chaque modèle possède ses propres avantages et inconvénients, voilà pourquoi vous devez prendre le temps de vous renseigner, notamment auprès de votre ORL, avant de faire votre choix.
Pour choisir un appareil auditif, il est indispensable de prendre en compte de nombreux critères, tels que le prix, le confort, la taille, l’esthétique, ainsi que le niveau de remboursement de votre mutuelle senior.
Sachez également que grâce aux nouvelles avancées en matière de technologie, il est désormais possible de trouver une solution adaptée à chaque perte d’audition, afin de retrouver une vie normale tout en prenant soin de sa santé.  

Restons en contact