Compléments alimentaires : bienfaits et caractéristiques

Pourquoi et comment prendre des compléments alimentaires ?

Ni aliments ni médicaments, mais un peu l’un et l’autre à la fois, les compléments alimentaires sont destinés à apporter à l’organisme certains éléments que l’alimentation apporte en trop faible quantité ou n’apporte pas.

Quels éléments ? Des vitamines, des sels minéraux, des acides aminés, des extraits de plantes, etc. S’ils peuvent être utiles pour corriger certaines carences, ces produits qui rencontrent un large succès doivent être consommés à bon escient et avec beaucoup de prudence. On vous explique alors pourquoi et comment prendre des compléments alimentaires.

Tout savoir sur les compléments alimentaires

Dans les rayons des pharmacies ou des magasins bio par exemple, leur nombre, leurs appellations et leurs formes (gélules, comprimés, solutions à boire, poudres à diluer, ampoules buvables…) ont de quoi donner le tournis et laisser les consommateurs perplexes.
Pour mieux « faire le tri » et agir en connaissance de cause, quelques informations de base sont à connaître.

  • Contrairement aux médicaments, les compléments alimentaires ne font l’objet d’aucun contrôle, d’aucun test d’efficacité ou d’innocuité ni d’aucune validation avant d’être commercialisés.
  • Ils sont seulement soumis à des règles concernant leur composition et leur étiquetage. Pour la première, ils doivent contenir exclusivement : des nutriments ou des substances à but nutritionnel ou physiologique tels que des vitamines ou des minéraux, des plantes considérées traditionnellement comme alimentaires, des aliments autorisés dans l’alimentation humaine et des additifs et arômes autorisés dans l’alimentation). Ils peuvent contenir un seul élément nutritif ou un mélange de plusieurs substances. Quant à l’étiquetage, celui-ci doit indiquer le nom des nutriments ou substances caractérisant le complément et la dose journalière recommandée.
  • Ils sont disponibles en vente libre, en magasins ou sur internet (20 % des ventes) ; il est conseillé de privilégier les circuits d’approvisionnement contrôlés par les pouvoirs publics (pharmacies, commerce traditionnel essentiellement).
  • Ils ne sont pas remboursés, même partiellement, par l’Assurance maladie, n’étant pas des médicaments.
  • Ils ne sont pas des substituts de repas et ne peuvent remplacer une alimentation équilibrée.
  • Ils ne doivent jamais être pris en substitution d’un traitement médical.
  • Consommés sans précaution, la très grande majorité des compléments alimentaires occasionnent des effets secondaires plus ou moins graves (maux de tête, troubles du sommeil, changement du rythme cardiaque, troubles respiratoires ou digestifs, etc.).
  • Des interactions médicamenteuses sont possibles entre des substances contenues dans certains compléments alimentaires et les médicaments. Il est donc impératif, au moins, de consulter la notice des médicaments et la composition des compléments alimentaires. Dans tous les cas, mieux vaut demander conseil à son pharmacien ou son médecin traitant en indiquant à ce dernier ce que contiennent ces compléments alimentaires.

Quels compléments alimentaires pour quels usages ?

Les probiotiques pour soulager les troubles intestinaux

Les probiotiques (micro-organismes, bactéries ou levures) sont couramment utilisés en compléments alimentaires en cas de troubles digestifs. Ils sont souvent recommandés alors notamment pendant ou après un traitement antibiotique. Ils ont une action sur la flore intestinale. Mais, attention, une consommation excessive ou non contrôlée peut avoir des conséquences néfastes sur la santé en général et le système digestif en particulier.
Certains aliments contiennent naturellement des probiotiques : yaourts, chou, certains fromages (gouda, mozzarella, etc.)…

Le sélénium pour renforcer le système immunitaire

Le sélénium (oligo élément antioxydant) est indiqué pour stimuler le système immunitaire. Il a également une action bénéfique sur les cheveux et les ongles. Les compléments alimentaires qui en contiennent sont fabriqués à partir de sélénite de sodium. Il est conseillé de consulter un médecin avant de les consommer afin d’éviter tout surdosage. Une association de sélénium avec du zinc peut également se révéler bénéfique pour le système immunitaire.
On trouve du sélénium dans l’alimentation (thon et sardines en conserve, saumon, crevettes, noix, bœuf, canard…).

Le zinc et le sélénium pour lutter contre le vieillissement cutané

Le zinc et le sélénium sont utiles pour limiter le vieillissement cutané car ils luttent contre la formation des radicaux libres et renforcent le renouvellement de la peau. Le zinc favorise la cicatrisation de la peau. Ces minéraux possèdent des actifs anti-vieillissement. Il est également possible de consommer des compléments alimentaires à base de zinc et de sélénium notamment en cas d’acné.
Le zinc et le sélénium sont présents naturellement dans l’alimentation (huîtres, œufs, pain complet, germe de blé, soja, lentilles, pois cassés…).

Compléments alimentaires et Covid

Selon l’ANSES (Agence nationale de sécurité sanitaire), la consommation de certaines plantes aurait pour effet de « perturber les défenses naturelles de l’organisme utiles pour lutter contre les infections et, en particulier, contre le Covid-19 ». Quelles plantes ? Essentiellement, saule, reine des prés, bouleau, peuplier, verge d’or, polygalas, échinacées, curcuma, harpagophytum. Par ailleurs, les autorités sanitaires préconisent que « les personnes consommant des compléments alimentaires dans un but préventif doivent suspendre immédiatement leur consommation dès l’apparition des premiers symptômes du Covid-19. Et pour les personnes atteintes de pathologies chroniques en partie traitées par phytothérapie, un avis médical s’impose ».

Méfiance !

Méfiez-vous de certaines publicités pour des compléments alimentaires, fleurissant parfois dans les boîtes aux lettres ou dans certains magazines peu scrupuleux. Pour « faire plus vrai », elles mettent en scène un « conseiller scientifique » à blouse blanche (et éventuellement stéthoscope autour du cou…) et au discours pseudo-médical. Au mieux, ces produits n’auront aucun effet, au pire, ils en auront de très négatifs…

Restons en contact